mardi 5 décembre 2017

Fuans (25) : encore trois blessés dans un choc frontal

L’accident s’est produit à 7 h 20, ce mardi matin, sur la route enneigée reliant le village de Fournets-Luisans à la D 242, au lieu-dit « Le Choulot », à proximité des Commènes, par une température de -7 °C. Un couple de sexagénaires, domicilié dans ce village, circulait dans ce sens. Le chauffeur a perdu le contrôle de son véhicule dans une déclivité en sortie de virage.
En face, l’autre voiture, conduite par un homme de 34 ans, a frontalement été percutée et repoussée sur une longueur d’environ 25 m. Sur place, les pompiers de Morteau et d’Orchamps-Vennes, placés sous le commandement du lieutenant René Faivre-Pierret, ont secouru les trois victimes, conscientes, avant de les évacuer avec trois véhicules vers le centre hospitalier de Besançon. L’enquête a été confiée à la brigade de gendarmerie d’Orchamps-Vennes.


jeudi 2 novembre 2017

Bretagne: Un homme blessé par plusieurs tirs de chasseurs alors qu'il jardinait

L’accident aurait pu être encore plus grave. Dimanche, un habitant de Plouescat, commune située non loin de Roscoff (Finistère), a été victime de plusieurs coups de fusil. La victime, qui jardinait dans une serre de son potager, a reçu quatorze plombs tirés par un chasseur, rapporte Ouest-France.

« Je leur ai demandé de l’aide mais ils sont partis »

La victime rapporte qu’elle s’est alors présentée ensanglantée aux chasseurs mais que ces derniers ont refusé de l’aider. « Je leur ai montré mon bras en sang en leur disant qu’ils m’avaient tiré dessus. Je leur ai demandé de l’aide mais ils sont partis », a-t-il témoigné au quotidien breton.
C’est la compagne du jardinier qui a alerté les gendarmes. Pris en charge par les secours, l’homme a reçu quatre plombs dans un bras, quatre dans une jambe, un dans la tête, le reste dans l’autre jambe, la hanche et dans le bas du dos. Sur les quatorze plombs, tous n’ont pas pu être enlevés. Trop profond, celui dans la tête a été laissé par les médecins.
Mots-clés :

mardi 24 octobre 2017

Une vieille station spatiale chinoise va bientôt s'écraser sur Terre

La vieille station spatiale Tiangong-1 n'est plus sous contrôle depuis fin 2016 et a entamé sa chute vers la Terre. Une chute qui a de quoi inquiéter puisque la station pèse plus huit tonnes.
Bien sûr, une grosse partie de l'appareil va brûler et se désagréger après son entrée dans l’atmosphère. Mais pas entièrement, note Europe 1, qui explique que des morceaux de plusieurs centaines de kilos pourraient quand même atteindre notre planète.
L'impact devrait avoir lieu d'ici trois ou quatre mois. De quoi avoir le temps de se préparer au pire ? Pas vraiment puisqu'on ne disposera d'estimations sur ses points de chute que quatre à cinq jours avant. 

A la Unehttp://www.dna.fr/

vendredi 13 octobre 2017

Carcassonne : faute de relogement d’urgence, elle se met en grève de la faim

Sabine Parsy se bat depuis le 25 juin suite à une expulsion.
C’est le 25 juin dernier, à la demande de Marcou Habitat, que Sabine Parsy a fini par être expulsée du logement social qu’elle occupait à Salsigne depuis trois ans... Depuis, et malgré les démarches qu’elle a pu entreprendre pour être relogée dans l’urgence, cette femme âgée de 52 ans se retrouve à la rue avec 680 € par mois, comprenant une petite pension alimentaire et le RSA.
Hier matin, devant la préfecture de l’Aude, c’est dans ce contexte que cette femme en détresse a décidé d’entamer une grève de la faim pour dénoncer « l’incompétence totale des services sociaux... »

arcassonne : faute de relogement d’urgence, elle se met en grève de la faimhttp://www.lindependant.fr/2017/10/12/carcassonne-faute-de-relogement-d-urgence-elle-se-met-en-greve-de-la-faim,3059751.php

mardi 10 octobre 2017

Rhone: enfant de 10 ans porteur de la rage

Un enfant de 10 ans habitant le Rhône a contracté la rage après avoir été mordu en août par un chiot porteur de la maladie sur une plage du Sri Lanka, a annoncé aujourd'hui l'Agence régionale de santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes.
Aucun détail sur l'état de santé de l'enfant, hospitalisé depuis le 4 octobre, n'a été donné par l'ARS qui précise avoir identifié les personnes "ayant été au contact direct avec la salive ou les larmes de cet enfant", compte tenu de la "gravité" de la maladie déclarée.
L'incubation chez l'homme de cette maladie, "presque constamment mortelle une fois déclarée", varie entre 20 à 60 jours en moyenne, rappelle l'ARS.
La France est reconnue indemne de la rage mais depuis 1970, 23 cas ont été observés sur des personnes après des retours de voyage à l'étranger

Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/