vendredi 13 octobre 2017

Carcassonne : faute de relogement d’urgence, elle se met en grève de la faim

Sabine Parsy se bat depuis le 25 juin suite à une expulsion.
C’est le 25 juin dernier, à la demande de Marcou Habitat, que Sabine Parsy a fini par être expulsée du logement social qu’elle occupait à Salsigne depuis trois ans... Depuis, et malgré les démarches qu’elle a pu entreprendre pour être relogée dans l’urgence, cette femme âgée de 52 ans se retrouve à la rue avec 680 € par mois, comprenant une petite pension alimentaire et le RSA.
Hier matin, devant la préfecture de l’Aude, c’est dans ce contexte que cette femme en détresse a décidé d’entamer une grève de la faim pour dénoncer « l’incompétence totale des services sociaux... »

arcassonne : faute de relogement d’urgence, elle se met en grève de la faimhttp://www.lindependant.fr/2017/10/12/carcassonne-faute-de-relogement-d-urgence-elle-se-met-en-greve-de-la-faim,3059751.php

mardi 10 octobre 2017

Rhone: enfant de 10 ans porteur de la rage

Un enfant de 10 ans habitant le Rhône a contracté la rage après avoir été mordu en août par un chiot porteur de la maladie sur une plage du Sri Lanka, a annoncé aujourd'hui l'Agence régionale de santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes.
Aucun détail sur l'état de santé de l'enfant, hospitalisé depuis le 4 octobre, n'a été donné par l'ARS qui précise avoir identifié les personnes "ayant été au contact direct avec la salive ou les larmes de cet enfant", compte tenu de la "gravité" de la maladie déclarée.
L'incubation chez l'homme de cette maladie, "presque constamment mortelle une fois déclarée", varie entre 20 à 60 jours en moyenne, rappelle l'ARS.
La France est reconnue indemne de la rage mais depuis 1970, 23 cas ont été observés sur des personnes après des retours de voyage à l'étranger

Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/

dimanche 1 octobre 2017

L'enquête commence après l'effondrement d'une barrière qui a fait 29 blessés lors du match Amiens-Lille

Une enquête pour "blessures involontaires" va devoir déterminer les causes de l'effondrement d'une barrière qui a blessé 29 supporteurs de football de Lille, dont cinq grièvement, samedi soir à Amiens lors du match de Ligue 1 Amiens-Lille.
La rencontre comptant pour la 8e journée de L1 avait débuté depuis 16 minutes lorsque, après avoir ouvert le score, le Lillois Fodé Ballo-Touré s'est dirigé vers le kop du Losc.
Les fans nordistes se sont rués comme un seul homme sur le grillage séparant la tribune latérale de la pelouse. Des dizaines d'entre eux se sont alors retrouvés sur le sol, écrasés par leurs camarades.

"Ca s'est passé d'un coup"
"Ca s'est passé d'un coup. Je ne sais même pas qui avait marqué. D'un coup, ça m'est tombé dessus. Plus de son, plus d'image, et après je suis reparti avec les pompiers", a témoigné Georges Penel, un supporteur lillois de 21 ans, blessé à la jambe et au dos.
Le match a aussitôt été arrêté, définitivement par l'arbitre Thomas Leonard qui a renvoyé les deux formations aux vestiaires. Une scène de confusion a suivi l'effondrement de la barrière, des soigneurs de la Croix-rouge et des pompiers prodiguant les premiers soins aux blessés, devant les CRS sur la pelouse.
Selon un dernier bilan communiqué à l'AFP par le CHU d'Amiens, 29 supporteurs ont été blessés - à l'abdomen, au thorax, au crâne... - dont cinq grièvement. Trois mineurs de 17, 16 et 14 ans font partie des victimes.
Parallèlement, une enquête en flagrance pour "blessures involontaires" a été ouverte sous l'autorité du parquet d'Amiens. Elle devra "déterminer pourquoi il y a eu cette rupture", a affirmé le procureur Alexandre de Bosschère.
"Nous cherchons à savoir s'il y a eu des manquements particuliers", a-t-il dit, précisant: "nous avons placé des scellés sur le site qui fera l'objet d'une expertise dans les prochains jours".

"200 ultras très énervés"
Un début de polémique a opposé les dirigeants lillois et amiénois sur l'état du stade de la Licorne, inauguré en 1999 et d'une capacité d'environ 12.000 places.
Le Losc s'est en effet interrogé par la voix de son directeur général Marc Ingla sur "les conditions d'organisation et de sécurité proposées par le stade et le club d'Amiens".

Le président de l'Amiens SC, Bernard Joannin, avait, lui, plus tôt dans la soirée, balayé devant la presse toute polémique sur l'état de la barrière: "Il n'y a pas de problème de barrière. Les services de police nous avaient prévenus que 200 ultras très énervés étaient dans le parcage réservé aux Lillois. Ils se sont lancés de façon désordonnée, plus de 500 personnes, sur cette barrière qui était en parfait état".
Une mise en cause que Marc Ingla a jugé "irresponsable".

"Arrêtons les polémiques"
La maire de Lille, Martine Aubry, a voulu calmer les esprits. "Arrêtons les polémiques sur l'accident. Pensons d'abord aux blessés, et attendons les résultats de l'enquête", a-t-elle twitté.
"Quand il y a des polémiques comme ça, la première des choses est qu'on pense à ceux qui sont blessés", selon Xavier Bertrand, président LR des Hauts-de-France.
"La prise en charge des victimes reste évidemment la priorité absolue avant de faire toute la lumière sur les circonstances de cet accident", a réagi le président de la fédération française de football, Noël Le Graet. 

Le stade de la Licorne d'Amiens est en travaux de rénovation pour toute la saison, sa première en Ligue 1. La tribune latérale face à celle de l'incident est d'ailleurs fermée pour réfection.
"Ce qui est arrivé n'a strictement aucun rapport avec les travaux du stade", a asséné Alain Gest, député Les Républicains et président d'Amiens Métropole, propriétaire du stade.



                                     
  • Faits-Divers            http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers
  • samedi 23 septembre 2017

    Bernard Tapie serait grave­ment malade selon les suppor­ters de l'OM

    Dans une vidéo publiée sur le réseau social Twit­ter, le suppor­ter emblé­ma­tique de l'Olym­pique de Marseille René Malle­ville annonce que l'ancien président du club de foot phocéen serait « grave­ment malade ». Les suppor­ter du club préparent déjà bande­roles et tifos comme geste de soutien
    Dimanche, pendant le match de la 7ème jour­née de ligue 1 face à Toulouse, les suppor­ters de l'Olym­pique de Marseille auront une pensée pour l'ex-président du club, Bernard Tapie. Mis au courant de sa « grave mala­die » par une vidéo de René Malle­ville, les suppor­ters phocéens ont voulu expri­mer leur soutien à celui qui fut une figure emblé­ma­tique du club : ils préparent bande­roles et tifos en hommage.  
    Dans la courte vidéo révé­lée par le jour­nal l'Equipe, le suppor­ter René Malle­ville, gérant d'un café de suppor­ters de l'Olym­pique de Marseille exprime tout son soutien à son ami : "Je préfère que ce soit su de cette manière, par ses amis, que par certains qui risquent de dire un peu tout et n'importe quoi sur le sujet. Bernard Tapie est grave­ment malade. Je pense que toute sa famille va le soute­nir physique­ment et mora­le­ment. Toujours est-il que nous, ses amis qui savent qu'on est avec lui par la pensée. On peut pas faire autre chose que ça. Bernard, bats toi ! Tu as toujours été un battant. Bats toi ! Bise mon ami" 


    News de starsNews de starshttp://www.gala.fr/l_actu

    dimanche 3 septembre 2017

    Un militaire habsheimois disparaît en Sologne

    Un appel à témoin a été lancé par la gendarmerie après la disparition d’un militaire. Laurent Gross, un Habsheimois de 30 ans, officier du 41e RT de Douai (Nord) a disparu fin juillet. Sa trace se perd à Salbris, en région Centre.
    Ce capitaine de 30 ans n’a pas rejoint sa nouvelle affectation et surtout n’a plus donné aucun signe de vie depuis le 30 juillet dernier. Il était en poste au 41e régiment de transmissions de Douai, une unité qualifiée de sensible car chargée de gérer les systèmes informatiques des postes de commandement en opération, aussi bien à partir du réseau hertzien que satellitaire.
    Saint-Cyrien habilité secret-défense, le célibataire avait quitté Douai par le train, le dimanche 30 juillet, lors d’une permission. Le mardi 1er août, il était censé rejoindre son nouveau régiment, un état-major situé sur le mont Valérien, dans les Hauts-de-Seine. Mais le 1er août, il manquait à l’appel.
    Aujourd’hui, l’armée s’inquiète de la disparition de l’un des siens. L’homme ne passe pas inaperçu, avec sa silhouette massive (1,87 m pour plus de 100 kg) et ses yeux d’un bleu profond. Ses proches décrivent un mathématicien de bon niveau, doublé d’un « geek », amateur de jeux en réseau.

    La disparition, signalée par son unité, a été jugée suffisamment inquiétante pour qu’un avis de recherche soit diffusé dans plusieurs départements, notamment à Salbris, un bourg du Loir-et-Cher où Laurent Gross aurait été localisé pour la dernière fois.

    Toute personne ayant des informations concernant le capitaine Gross peut appeler au 06 89 98 84 07 ou contacter les services d’enquête par mail à l’adresse suivante : sr.versailles@gendarmerie.interieur.gouv.fr
    >Faits divershttp://www.dna.fr/faits-divers

    samedi 2 septembre 2017

    Grenoble: Un bébé abandonné dans le tramway

    Panique, folie passagère ou troubles psychiatriques ? La police de Grenoble devra faire la part des choses après avoir pris en charge un bébé laissé seul dans une rame de tramway grenobloise.

    Le père retrouvé grâce à la videosurveillance

    Ce jeudi vers l’heure du déjeuner, des adolescents se trouvent sur la ligne E du tramway rapporte le Dauphiné Libéré. Ils sont intrigués par une poussette dans laquelle se trouve un enfant d’environ un an, sans parent ni proche à ses côtés. La police alertée, l’enfant est récupéré.
    Ce sont les images des caméras de surveillance du tramway qui ont permis aux forces de l’ordre grenobloises de déterminer que l’enfant était monté avec un homme qui, quelque temps plus tard, a quitté la rame en abandonnant la poussette et le bébé.

    Les enfants retirés au couple

    Des documents d’identité découverts dans la poussette ont aussi permis l’identification du père du nourrisson : un homme de 30 ans qui souffrirait de troubles psychologiques. Il a été retrouvé errant dans le centre-ville grenoblois et placé en garde à vue

                
    • enfanthttp://www.20minutes.fr/dossier/enfant

    mardi 29 août 2017

    Vidéo Un canadair heurte une péniche dans le port de Vallabrègues (Gard)

    L 'avion intervenait sur un feu de forêt à Collias, près de Nîmes. L'incident n'a pas fait de blessé mais les images, publiées sur Youtube, restent impressionnantes.
    Grosse frayeur dimanche 27 août en fin d'après-midi à Vallabrègues dans le Gard : un canadair a heurté au niveau du mât une péniche pendant qu'il effectuait un ravitaillement dans le port. L'avion intervenait sur un feu de forêt à Collias, près de Nîmes. L'incident, très rare, n'a pas fait de blessé mais les images, publiées sur Youtube, restent impressionnantes. D'après nos informations, les images ont été tournées par des touristes australiens en vacances sur les rives du Rhône. 

    Deux enquêtes sont ouvertes : la première par le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) ; la seconde, administrative, par l'inspection générale de la Sécurité civile. Le ministère de l'Intérieur entend suivre de près les investigations.*

    Le pilote et le copilote suspendus à titre conservatoire

    Pour le lieutenant colonel Bernier, chef du bureau communication de la direction de la sécurité civile : "le Canadair est endommagé au niveau de l'aile, il sera indisponible pour plusieurs semaines, il y a eu des projections sur deux bateaux, heureusement sans faire de blessé. Il s'agit de pilotes expérimentés  et confirmés qui connaissaient bien le plan d'eau. Ils ont réussi  à voler jusqu'à la base de Nîmes. Le pilote et le copilote sont choqués, ils ont été suspendus à titre conservatoire et vont être examinés par un médecin spécialisé qui doit s'assurer qu'ils sont en capacité de revoler"

    VallabrèguesVallabrègueshttp://www.midilibre.fr/gard/nimes/