mercredi 9 novembre 2016

L'ex-mari de la femme défenestrée à Châlons ne croit pas à la thèse du suicide

Sébastien garde la coupure de presse précieusement pliée dans son portefeuille. Les mots retracent la nuit du 3 septembre, celle où Jennifer Faucon, petit bout de femme d’1 mètre 69 pour 54 kg, est morte défenestrée après une violente dispute avec son compagnon du moment. Une mère de famille qui luttait depuis des années contre ses démons : la drogue et l’alcool.

« Ce jour-là, elle était bien »

Sébastien partageait sa vie en pointillé depuis 2007. Ce soir de septembre, c’est un peu de sa propre vie à lui, qui a basculé. D’abord parce qu’il ne peut imaginer un seul instant que son amie ait pu se suicider. Ensuite, parce qu’il attend des réponses aux questions qu’il se pose depuis.
Le jour du drame, il a passé du temps avec la jeune femme. Cette dernière venait de quitter sa fille, dont elle n’avait pas la garde.
Avec Sébastien, qu’elle appelait affectueusement « Douds », ils s’étaient posés au bord de l’eau et avaient bu une bière en discutant. Un moment d’apaisement. « Ce jour-là, elle était bien », souligne le jeune homme.
Ils étaient tombés amoureux il y a près de dix ans, leur histoire ayant subi les aléas de leurs propres vies, des tentations extérieures. Pourtant, jamais Sébastien n’a laissé tomber sa promise, prêt à la sortir de toutes ses galères. Lorsque cette dernière lui parle de son nouveau compagnon, le jeune homme tique. « Elle me disait qu’il la frappait. Qu’elle n’avait pas le droit de boire, fumer ou manger du porc », se souvient Sébastien.
Très vite, aux dires de Jennifer, la relation se corse. Elle se plaint des coups que lui porte son nouvel ami sans jamais déposer plainte.
Fin juillet, la jeune femme revient vers Sébastien et lui annonce la fin de sa relation houleuse. « Moi, j’étais toujours amoureux d’elle, j’ai repris contact, elle était contente », explique-t-il. Les choses ne vont pas être si simples. Jennifer retombe dans les bras de l’homme chez qui elle passait la soirée au moment du drame.
« Elle aurait écouté ce que je lui ai dit… » Un silence s’installe. Dans le regard de Sébastien, se mêlent colère et tristesse. « Je l’ai prévenue : si tu continues de rester avec lui, tu risques d’avoir des problèmes. Cela n’a pas loupé », appuie-t-il, décrivant un homme au caractère bien trempé, qui l’aurait menacé avec un couteau un jour où, justement, Jennifer lui avait demandé de veiller sur elle lors d’une sortie en centre-ville. Des éléments que Sébastien a livrés aux enquêteurs au lendemain du drame. Un verbatim accablant à l’égard de celui qui se trouvait sur les lieux et est le seul à connaître la vérité. Un coupable tout désigné aux yeux de Sébastien.

« Je fais beaucoup de cauchemars »

Aujourd’hui, le cœur en miettes, il essaie de se reconstruire, aidé d’un psy. « Je fais beaucoup de cauchemars, d’insomnies, détaille Sébastien. Elle n’a pas voulu m’écouter… » Il n’a pas pu se rendre aux obsèques de celle qui a partagé tant de moments de sa vie, mais aimerait aujourd’hui recontacter sa famille. Sébastien voudrait récupérer la gourmette et la bague qu’il avait offertes à Jennifer, en souvenir des bons moments passés avec celle, qui aura marqué sa vie.

Pour contacter Sébastien, appelez le 03 26 68 98 36.

http://www.lunion.fr/node/835572

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire